Comptes courants

Définition

Afin d’améliorer la trésorerie d’une entreprise, les associés ou les dirigeants peuvent réaliser des avances en compte courant1. Ces avances sont composées soit de sommes versées par les associés dans les caisses de l’entreprise, soit des sommes dues aux associés (dividendes, rémunérations, etc.) laissées à la disposition de l’entreprise. Ces sommes sont productrices d’intérêts. On distingue parmi les comptes d’associés :

  • Les comptes courants d’associés, dans lesquels figurent les sommes laissées temporairement pour une durée indéterminée ;
  • Les comptes courants bloqués d’associés, dans lesquels sont inscrites les sommes laissées pour une durée indéterminée ;
  • Les comptes bloqués, dans lesquels sont inscrites les sommes destinées à être incorporées au capital dans un délai de 5 ans. Ceux-ci seulement sont placés dans la rubrique des autres fonds propres.

Titulaires

Les personnes qui sont autorisées à ouvrir un compte courant dans une société commerciale sont les associés de SARL ou les actionnaires de sociétés par actions détenant au moins 5 % du capital, les gérants, administrateurs et membres du conseil de surveillance ou du directoire, les associés en nom ou commanditaires dans le cas de sociétés de personnes et les salariés dans la limite de 10 % des capitaux propres de la société.

Règles comptables

Ce sont des comptes utilisés pour les sommes laissées à la disposition de l’entreprise pour une durée indéterminée. Ces sommes sont inscrites au crédit du compte «455. Associés – Comptes Courants» et figurent dans la rubrique des Emprunts et Dettes Financières Divers au bilan. Les intérêts servis sont enregistrés dans le compte «6615. Intérêts des Comptes Courants et des Dépôts Créditeurs».